Elisa Lavergo au CUBE

Projection de "Territoris-territoire"

Elisa Lavergo
LE CUBE / édhéa-TLH
Projection de Territoris-territoire
Du vendredi 2 novembre au samedi 17 novembre


Territoris-territoire

Double projection vidéo, 15’
Réalisé en 2017 avec Simon Senn

Les images de Territoris-territoire ont été tournées à la frontière franco-espagnole, délimitée par 602 bornes, dont 6 séparent les municipalités de Portbou et de Cerbère. Selon la loi, les deux municipalités doivent vérifier l’état des bornes annuellement. De cette obligation est née une tradition. Chaque année, après la vérification des bornes, un repas est partagé. Une année sur deux, les Espagnols invitent les Français, puis les Français invitent les Espagnols l’année suivante.
"La loi qui oblige les municipalités à vérifier ces repères, aujourd’hui désuets, confère une certaine absurdité à cet évènement, sachant que la frontière est de moins en moins contrôlée depuis les accords de Schengen (1995). C’est pourtant cet évènement officiel, ce drôle de repérage qui justifie le seul moment de convivialité entre les deux communes. La frontière, souvent synonyme de barrière, devient lors de cet évènement un lieu de rassemblement." Elisa Larvego
Elisa Larvego a choisi de tourner les images deux années de suite, afin de montrer l’aspect répétitif de ce rituel, mais également afin de comparer les repas offerts par la municipalité espagnole et la municipalité française. Les deux films sont montrés côte à côte. Territoris-territoire est une double projection portant sur la notion de frontières, et du rapport complexe que nous entretenons avec elles.
"Ces bornes évoquent aussi l’histoire de ces lieux et de cette frontière : la fuite des résistants républicains espagnols vers la France durant les années franquistes. En effet, ce trajet parcouru à pied par les policiers, maires et douaniers actuels de Portbou et Cerbère, dessine une ligne invisible que beaucoup d’Espagnols ont franchie pour échapper à leurs dirigeants et fuir leur pays. J’imagine que la vue de ces bornes et de cette crête représentait l’espoir et la délivrance pour les réfugiés espagnols, mais aussi pour les personnes qui fuyaient le régime nazi. Le philosophe Walter Benjamin a franchi les bornes séparant Cerbère et Portbou fin septembre 1940 pour fuir la France de Vichy. Autant ces bornes sont censées marquer une barrière entre deux espaces et poser des règles, autant leur vue et leur franchissement menaient certains vers une plus grande liberté." Elisa Larvego
En dialogue avec la vidéo Territoris-territoire, une série de photographies sera présentée sur le mur du CUBE.


Elisa Larvego,
Elisa Larvego, née à Genève en 1984, vit et travaille à Genève.
Son travail a été notamment récompensé par la Bourse culturelle Leenards, le Prix Kiefer Hablitzel, le Prix d’art de la Nationale Suisse et la bourse du FCAC, Fonds cantonal d’art contemporain de Genève. Elle a bénéficié de nombreuses résidences, d’expositions personnelles et de groupe, en Suisse et à l’étranger, notamment aux Rencontres d’Arles, à la Marfa Gallery aux États-Unis, au Photoforum Pasquart de Bienne, au Centre de la Photographie et au Centre d’Art Contemporain de Genève, au Musée de l’Élysée à Lausanne, à la Fondation Nishieda de Kyoto, ou encore au Kunsthaus Glaris. www.vego.ch