Mémoire institutionnelle

(HES-SO, 2020-2022)

Mémoire institutionnelle: esthétiques politiques du don au Palais des Nations



Équipe de recherche
Petra Koehle et Nicolas Vermot-Petit-Outhenin (chefs de projet) ; Federica Martini (collaboratrice), NN (assistant·e)

Intervenant·e·s
Blandine Blukacz-Louisfert, archiviste-paléographe et cheffe de la Section Mémoire institutionnelle à la Bibliothèque de l’ONU à Genève ; Iris Därmann, professeure en Histoire et Théorie à l’Institut d’études culturelles de l’université Humboldt à Berlin ; Kadiatou Diallo, chercheuse associée au projet Aesthetics of the Margins au Centre pour les Études Africaines de l’Université de Bâle et curatrice indépendante ; Samia Henni, architecte, historienne de l’architecture et théoricienne, professeure assistante à l’Université Cornel AAP – Architecture Art Planning (USA) ; Kornelia Imesch Oeschlin, professeure associée d’histoire de l’art et d’architecture du XIXe au XXIe siècle à l’Université de Lausanne ; Jacques Oberson, archiviste de la Section Mémoire institutionnelle à la Bibliothèque de l’ONU à Genève ; Georg Rutishauser, artiste et éditeur

Partenaires
HES-SO, Archives de l’ONU et de la Société des Nations, Section de la Mémoire institutionnelle, Genève ; Institut suisse de Rome ; édition fink, Zurich



Le projet Mémoire institutionnelle : esthétiques politiques du don au Palais des Nations (EPoD) interroge la place et le rôle des productions artistiques dans les relations politiques et diplomatiques entre états et se donne pour cas d’étude le processus de donation mis en place par la SDN pour l’aménagement intérieur des salles du Palais des Nations. Les données historiques conservées dans les archives de la Bibliothèque de l’ONU seront croisées avec l’observation visuelle des espaces, des artefacts et l’étude de leurs usages, de manière à préciser l’histoire documentaire des donations et leur inscription dans le cadre du projet des Palais des Nations et des politiques culturelles nationales des pays concernés. L’ensemble des documents collectés et produits seront reconfigurés au travers d’un processus artistique de scénarisation et de montage et donneront lieu à la production d’un essai vidéo et d’une publication.

Alors que le Palais des Nations entreprend actuellement des rénovations majeures, EPoD souhaite revenir sur un aspect particulier de son histoire patrimoniale. Les donations seront étudiées au travers de plusieurs focales : comme documents d’archives, comme présences matérielles et comme micro-histoires liées aux usages. Le fait qu’une grande partie de ces dons soient encore présents aujourd’hui nous permet de les considérer comme vecteurs d’une mémoire vivante : comment leur agencement spatial s’est-il maintenu, transformé au fil des années ? Comment leur esthétique est-elle perçue aujourd’hui ? Quelle influence exerce-t-elle sur l’ambiance architecturale ? Quel est son impact direct ou indirect sur les négociations qui se déroulent dans les salles du Palais des Nations ? Le projet EPoD entend également interroger les critères d’inclusion et d’exclusion qui ont commandé la sélection des dons.



Objectifs
Contribuer à la lecture d’une esthétique politique de l’agencement du Palais des Nations et de son système de donations, alors que le lancement d’un programme de rénovation architecturale (2018-env. 2024) risque d’en effacer une partie des traces physiques.
Produire un inventaire visuel et textuel réunissant les différentes strates documentaires relatives aux donations choisies et en proposer une narration neuve et originale.
Tester une méthodologie de recherche artistique basée sur l’observation visuelle, la mise en relation esthétique des données collectées, des espaces et des artefacts, ainsi que leur reconfiguration sous deux formats complémentaires.



Résultats
Un inventaire visuel et textuel réunissant l’ensemble des documents collectés et produits.
Un essai vidéo proposant une mise en relation et une lecture originale du matériel de recherche.
Une publication réalisée en collaboration avec les Éditions fink de Zurich, qui proposera un autre agencement et une autre lecture des images et des textes.