Hors Piste

La recherche en art

Equipe de recherche: Alain Antille (chef de projet), Benoît Antille, Raphaël Brunner, Robert Ireland, Eric Maeder, Federica Martini, Sibylle Omlin, Georges Pfruender, Vivianne van Singer

Partenaires: HES-SO, OFFT, Fonds pour les projets régionaux valaisans, Loterie Romande



Ce projet se proposait de revenir sur quinze années de recherche conduites par l’ECAV (actuellement édhéa), dans la double intention de préciser ses ancrages et d’y trouver les impulsions propices à de nouveaux développements. Il s’agissait donc d’effectuer un travail de mémoire et de reprise devant permettre de préciser les orientations futures qui pourraient être assignées à la recherche. La reprise d’une histoire singulière devait également ouvrir un espace de réflexion sur la situation et les enjeux de ce domaine d’activité dans le nouveau cadre institutionnel des formations tertiaires.

La recherche en art est une pratique récente dans les écoles d’art suisses et les publications qui s’attachent à décrire ou analyser comment les « artistes » occupent ce nouveau territoire sont peu nombreuses. Ce projet de publication devait apporter à cet égard un témoignage exemplaire, dans la mesure où l’histoire singulière qu’il raconte recoupe précisément celle de la mise en application progressive des accords de Bologne (1999), lesquels ont modifié profondément l’organisation et les missions de toutes les écoles d’art. Ce qui s’est cristallisé au fil du temps peut-être ainsi appréhendé comme une tentative locale et située de répondre à un ensemble de nouvelles règles générales, d’exigences communes, tout en préservant les spécificités d’un domaine particulier. Et de nourrir un questionnement qui traverse l’ensemble des institutions actives dans ce domaine : quelle place l’artiste peut-il occuper à côté des figures dominantes de l’homme de science, de l’ingénieur et de l’économiste ? Quel rôle peut-il tenir dans le cadre de la recherche institutionnelle ? Mais aussi : en quoi les procédés et les dispositifs qu’il met en œuvre, les ressources qu’il mobilise peuvent-ils être utiles, sources d’inspiration ou d’innovation?



Méthodologie

Les règles méthodologiques qui ont présidé à la conception et à la composition de cet ouvrage concernent tout d’abord la manière d’appréhender et de traiter les différents matériaux collectés. Le choix s’est porté sur une approche dynamique qui se décline sur trois niveaux complémentaires :
temporel : donner forme à une histoire en perspective, ce qui requiert d’articuler et de mettre en tension un double regard, rétrospectif et prospectif.
spatial : se déplacer, établir des liens entre deux positions, l’une locale, située tant d’un point de vue géographique que culturel, l’autre délocalisée ou globale.
thématique : prendre en compte cette propension éminemment contemporaine à déborder des frontières traditionnelles de l’art, à expérimenter de nouveaux voisinages ou à se situer en marge des préoccupations strictement esthétiques.
Les principes méthodologiques qui ont guidé la conception de l’ouvrage ont été présentés par le chef de projet dans le cadre du workshop « Publishing and documenting Artistic Research » organisé par le SARN le 23 mars 2012.



Résultats

Ce projet a donné lieu à la publication du livre Hors piste – La recherche en art. Co-édité par l’édhéa et art&fiction, il a été présenté au Centre culturel des Arsenaux, à Sion, le 9 décembre 2014, sous la forme d’une soirée conférence-débat, avec la participation d’Astrid Epiney, présidente du Conseil suisse de la recherche et de l’innovation (CSST) et de Patrick Furrer, vice-recteur de la HES-SO en charge de le recherche et de l’innovation. Il a encore été présenté au Kunstmuseum de Thoune le 18 février 2015.



Publications

Hors piste. La recherche en art